Vincent Bernard et Bordeaux

Bref, j’étais de retour à Bordeaux après un peu plus d’un an d’absence et, as it turns out, mon amour pour la ville n’avait pas pris une ride.

J’étais là pour présenter Sans Vouloir vous Déranger suite à l’invitation des orgas du café poly local, le gracieux Emmanuel Ménard qui y incarne mon déplaisant père était venu me soutenir, ce qui tombait bien puisqu’on diffusait « son » épisode.

Et il y avait le reste de la vie. Qui allait bien, ma foi.

J’avais commencé ma première pellicule argentique (qui n’est pas encore terminée à l’instant où j’écris ces lignes), sur un boîtier offert par un ami (la pellicule aussi du reste, disons que c’était un travail d’équipe), alors on est allés se balader avec Vincent Bernard et maintenant que je vois les images qu’il a faites, je me dis que j’aime bien la personne que je suis dessus.

Publié par

Florence Rivières

Autrice, comédienne, tête de mule. Aussi modèle, photographe, couteau suisse. Troubadour, hippie, féministe. Et d'autres mots encore.

You are not authorized to see this part
Please, insert a valid App IDotherwise your plugin won't work.

Une réflexion sur « Vincent Bernard et Bordeaux »

  1. Chouette série de photos. On ne se connaît pas en dur, mais c’est une version de toi que je m’imagine bien croiser, en tout cas plus sûrement que la sublime modèle dénudée, sauf qu’avec les chaleurs que nous avons maintenant, ce ne serait pas si improbable, plutôt que de prendre feu en pleine rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *