Shibari time

Petit aperçu de ma séance avec Philippe Boxis, rencontré à la nuit Démonia. Eh bien figurez-vous qu’il habite à même pas dix minutes de chez moi, et que j’ignorais même son existence avant ça. Le monde est juste minuscule.
J’ai donc passé une bonne partie de la journée à… me faire attacher un peu partout.

KQ2Y1531

Une excellente journée, j’ai même eu droit à ma première suspension, à des anecdotes sur le milieu fétichiste et à des spaghetti bolognese maison. Merci encore à Mikan pour le prêt du yukata ;)

Fetish tuesday

Hier soir, c’était soirée Démonia. Une soirée qui tombe un jeudi, donc sur mon week-end fixe, plutôt que sur mes jours de boulot? Je veux! J’étais donc sur le pied de guerre à poser le pied à Paris sur le coup de dix heures… quarante, en comptant les retards de la SNCF. Mais on ne se laisse pas abattre: qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, la Sirithil arrive toujours à bon port.

D’abord, direction Saint-Michel pour voir l’exposition de Goldensilk à la Vénus Noire. Oui, celle qui se terminait la veille, mais je savais (mettons que c’est mon petit doigt qui me l’a dit) qu’on décrocherait le tout à 16h30 ce jour-là. Mon petit doigt avait juste oublié de préciser que le bar n’ouvrait QUE le soir, à 18h. Dommage, hein? Heureusement, j’y ai aussi retrouvé Melle Cherie qui vide son dressing en ce moment et profitait de mon passage pour m’économiser les frais de port sur mes deux acquisitions: une robe en vinyle noir fermée par une fermeture éclair devant, et un joli corset à bretelles, en vinyl également, noir et bordeaux. Ce dernier point est important car on trouve surtout du noir et rouge dans le commerce, et sincèrement, c’est un peu clichouille… Enfin je compte vous faire profiter de ces deux ajouts à ma garde-robe très prochainement parce qu’ils me vont très bien. J’ai également tenté de lui racheter une ceinture blanche à gros noeud en latex mais je me suis vue éconduire d’un ferme « va crever, connasse ». En même temps ça se comprend. D’ailleurs tenez, ma jolie robe noire pour sa première sortie en tant que mienne:

fred_kyel

On se pose donc pour boire un chocolat/vin chaud, papoter un peu entre filles, s’échanger les derniers potins, regarder les vêtements, et qui vient nous saluer? Bosc, l’un des orgas de la Fetish Project, alors que cinq minutes auparavant on disait justement qu’on pensait aller à l’édition de février. Saint-Michel est donc officiellement un repaire de fétichistes en civil, c’est prouvé.

On se sépare, je file chez Héloïse (la créatrice de Black Norns) pour lui rendre la robe rouge qu’elle m’avait prêtée, et direction la Machine du moulin rouge. Rendez-vous était donné à quinze heures pour préparer et répéter le défilé avec des créations Clémentine Little Doll. Finalement je suis arrivée en avance et ai occupé mon temps à observer l’installation du stand photo et le début de la préparation du show Kybari, une activité enrichissante. J’ai même pu y retrouver Séverine, croisée la dernière fois que j’ai bossé avec Eric Bonzi, et la ravissante Nbpix en mode reporter ce qui m’a pas mal rassurée: j’avais un peu peur de ne me trouver qu’avec des inconnu(e)s! D’ailleurs à ce sujet, j’ai passé une excellente soirée (quoiqu’un peu longue sur la fin puisque j’ai attendu le premier train pour rentrer sur Lille) et j’ai même un shoot shibari de prévu la semaine prochaine.

Clémentine arrive avec ses créations, nous fait essayer sa lingerie (pour ma part j’ai défilé avec l’ensemble « petit rêve »), on se maquille, se coiffe (merci d’ailleurs aux deux personnes qui m’ont aidée pour ma coiffure, c’était juste adorable), on… cherche à combler les trous? En effet, sur les quatorze modèles prévues, la moitié nous a plantées là. J’ai bien suggéré qu’on se déshabille sur scène pour présenter chacune une tenue et un ensemble lingerie, mais finalement on a plus ou moins pioché dans les autres défilés pour regrossir les effectifs. Organisation de dernière minute juste comme j’aime, mais au prix de quelques efforts, on a fini par retrouver un nombre de filles suffisant. Puis c’est l’attente, le très court passage sur scène sur « I love Paris » repris par Vanessa Paradis, bien propre à l’esprit très girly et romantique de la collection. Je vous invite d’ailleurs à aller y jeter un oeil, la collection a été shootée par Andy Julia et c’est juste un régal pour les yeux. Maintenant que je suis consommatrice, je peux même vous dire que c’est très très agréable à porter.

(Et merci à Josselin pour cette photo de l’ensemble de la scène <3)

iwashere

La fin de la soirée se perd un peu dans un fouillis de discussions avec pas mal de gens, de rencontres, de tout ça. Clémentine était adorable dans sa robe cupcake, avec ses chaussures ça lui donnait des airs d’Alice au Pays des merveilles, mais en rose. Je suis tombée amoureuse du kimono en latex que portait Satina Loo, à la fois poétique et recherché. J’ai dû refuser plusieurs massages dans la soirée. Dans le vestiaire, il y a eu un débat pour savoir si c’était méchant ou gentil d’envoyer des photos à mon homme pour lui faire partager m tenue. Et puis le gros fou rire de la soirée, ç’a été Fred Kyrel insistant pour que je prenne sa carte alors que je connaissais déjà son boulot, je l’avais même déjà contacté!^^

Promis, je vous ajoute des photos dès que j’en trouve.

Tir na nOg, deuxième.

Je suis confuse. J’avais prévu de vous écrire en rentrant hier soir, et je me suis… hum… endormie.
Voici donc un aperçu de ce qu’on a fait pour ce deuxième après-midi de shoot au Tir, toujours avec la même équipe et Seth promu « accessoiriiiiiiiste » (avec tous les « i » sinon ça ne va pas).

Pour commencer, une série rigolote qui soyons honnêtes, tient plus du délire de rôliste que de la recherche artistique, avec un farfadet en porte-jarretelles en guise de barmaid:

_MG_2375_Modifier_copie

Comme vous pouvez le voir je me suis réapproprié la technique du drapé aléatoire en guise de tenue d’elfe. Moi j’aime bien.

Et puis, étant un peu dans la cave d’un pub irlandais avec des tonneaux partout, je me suis sentie obligée de vous sortir une petite pirate sexy.

_MG_2434_Modifier_copie

Je voudrais encore remercier Alan et Isa pour nous avoir si gentiment mis à disposition le bar, en espérant que les photos leur plairont :)

_MG_2210-Modifier-2

Tir na nOg, premier soir

Hop, nous voilà rentrés de notre folle virée au Tir na nOg, le pub irlandais où j’ai établi domicile à tel point qu’au début, quand je me perdais en rentrant chez moi, j’atterrissais là. Bon maintenant j’y habite depuis un moment alors ça deviendrait gravissime. Enfin quand je dis rentrés… Rentrés de la première partie, puisque demain on y retourne, Alan et Isa, les propriétaires, ayant très gentiment accepté de nous y accueillir lors des heures de fermeture. En fouillant bien ce blog vous pourrez sans doute retrouver moultes allusions à ce vieux projet. Yehaaaa!

Cet après-midi donc, l’équipe se composait de Julien Rico à la photo, de Seth au backstage et au portage de perches, d’Elen Dufresne au maquillage et de Judicaël au coefficient beau-gossitude. On peut également citer Black Norns et Volute au stylisme et A Mon Seul Désir à la parure, même si les créatrices n’étaient pas présentes. Ca en fait des crédits tout ça.

Pressés par le temps, nous débutons le shoot par une série très pin-up so rétro dans sa jolie robe rouge avec le bar principal:

_MG_2210

Je crois bien que j’ai été un tout petit peu stressante, avec mes « Elle est bonne? Okay c’est bon on change. » à tout bout de champ. En même temps, imaginez qu’on vous offre un buffet composé de mille merveilles et que vous n’ayez que très peu de temps pour goûter à toutes, et vous comprendrez mon attitude un peu directive. Mais ça en valait la peine, non?

Puis, la toute première série réalisée avec ma robe Volute, mais si, vous savez, celle inspirée de l’illustration de Victoria Francés. Beaucoup plus gothique dans l’idée (en même temps Victoria Francés quoi…), plus mélancolique, plus tout ça… Oups, mes vieilles tendances un peu sombres ressortent. Je suis bien incapable de choisir entre les deux clichés que Julien a retouchés en direct de mon chez-moi, alors je vous mets les deux:

_MG_2260_Modifier_copie  _MG_2291_Modifier_copie

Un détail qui me ravit sur la première, c’est l’ombre de la boucle d’oreille qui fait comme une larme. J’aime j’aime j’aime.

Ce que j’aurai retenu de cette journée, c’est que c’est ça qu’il manque à mon book, en fin de compte: un fer à friser.

Bonne nuit et à… Demain? :p

_MG_1802-Modifier

So sweet, so vintage.

Hier, c’était journée de shoot secret dans l’hôtel secret. Vous savez, celui dont j’ai dû vous mentionner vaguement l’existence en passant mais en m’étalant le moins possible (sauf si votre prénom commence par N, J ou M-A mais ça ne concerne qu’une minorité de personnes). Eh bien c’est un hôtel situé dans un touuuuuut petit village, charmant à tendance médiévalo-campagnarde par-dessus le marché, où tout le monde connaît tout le monde. Et j’ai la chance d’y avoir une amie, donc une relation avec tous les autres.

Eva donc, Absintronique pour les relations publiques, m’avait proposé l’endroit il y a un moment déjà. Je dois dire que ce fichu hôtel est juste magique, chaque chambre revêt une ambiance différente. Par contrainte de temps, on a choisi d’exploiter ce qu’on pouvait le mieux développer, à savoir de la jolie pin-up vintage. La propriétaire de l’endroit, adorable, nous a laissé une chambre comme quartier général sur toute la journée, utiliser celle que nous avions choisie pour les photos durant le laps de temps entre le moment où les chambres sont faites et où les clients arrivent, et tout le reste de l’hôtel le reste du temps. Et plus touchant encore, elle m’a dit que j’étais jolie. Je deviens sensible aux compliments ces temps-ci, ce n’est pas bon du tout. Certainement ma traditionnelle déprime de novembre, ne faites pas attention.

J’ai donc importé Julien Rico pour une semaine afin de shooter la merveille et quelques autres. Pourquoi lui? C’est simple, je n’ai quasiment trouvé personne d’intéressé dans la région (et je passe gentiment sur la nana qui voulait que je la paie pour la faire profiter du cadre, du chauffeur, de la maquilleuse et des différents stylismes…), et réflexion faite je me suis dit qu’il valait mieux prendre quelqu’un avec qui la collaboration est rôdée, avec qui je sais que ça fonctionne bien, parce que dans des conditions comme celles-là on évite de se louper. Petit aperçu:

_MG_1744_Modifier_copie

Sans vouloir la jouer Interflora, je crois que c’est bon. Je lui ai fait retoucher quelques photos hier soir en rentrant sur mon PC, et, ma foi, je suis très très contente. Sur la photo je porte le proto Volute dont je n’arrête pas de vous dire du bien et des bas Les Nylons d’Oliv, ainsi que le collier Lenelaï offert par chéri pendant que je regardais ailleurs. Combo gagnant, je vous le dis. Mais on a aussi shooté la jolie robe Black Norns visible sur l’article précédent et un joli corset qu’on m’a offert pour noël, et… d’autres choses encore. Sans compter que la journée fut excellente. Je crois même avoir choqué une ou deux clientes en disant à haute voix: « Ca, ça ressemble à un porte-jarretelles » en fouillant un peu ma valise, sourire.

Bon je vous laisse, on a une jolie fille qui arrive demain aux aurores pour que je la coach et je dois encore préparer mes sacs de fringues pour les stylismes de l’après-midi.
A très vite pour de nouvelles aventures!

74016_460670671246_677466246_5769842_263511_n

Je suis une pin-up qui grimpe sur les toits

Cat’s Eyes?
Ce matin, réveil aux aurores pour… me pomponner. Oui oui, vous avez bien lu, moi, Florence, je me suis levée plus tôt juste pour me pomponner. Aucun ver alien n’a pris possession de mon corps, rassurez-vous, mais je voulais juste profiter de cette séance avec Wolff (qui m’a bookée deux jours avant pour changer, mais depuis le temps qu’on attendait de bosser ensemble je ne vais pas chipoter) pour acquérir un nouveau level dans la compétence Coiffure. Ma foi, au bout d’une heure, aidée d’une bombe de laque et de pas mal d’épingles, j’ai réussi à me faire une frange roulée bien rétro digne de ce nom. Ce qui est merveilleux c’est qu’ayant dû recommencer plusieurs fois pour placer le tout dans une configuration flatteuse sous la plupart des angles, je crois maîtriser assez bien la technique du « roulage » à présent. Moi je suis fière.

Quand je suis descendue dans la rue attendre Wolff, avec ma jolie coiffure, un léger make-up et la robe prêtée par Black Norns pour un autre shooting qui laissait voir les jarretelles retenant mes bas noirs What Katie Did, armée de ma valise noire et du bouquet de roses offert par chéri avec lequel j’ai voulu poser pour avoir un souvenir, un type s’est retourné sur moi et a fait « Waouh! » et je vous jure qu’il regardait plus haut que mes fesses et que mon décolleté était caché par mon manteau. De petits instants comme celui-ci vous redonnent un moral d’acier. Je suis une pin-up.
Enfin quand je prends le temps d’arranger mes cheveux.

74290_460670621246_677466246_5769840_1333511_n

On a fait ça sur le toit de la villa Yourcenar, qui est très facile d’accès. En plus de progresser en make-up et coiffure je suis également une mine d’endroits à shooter vous voyez. Votez pour moi.
Il a fait froid, mais étrangement je ne regrette pas du tout, d’autant qu’on a bien rigolé :)

Bons pour l’asile

Je conclurai cette série d’articles sur mon merveilleux week-end avec ma collaboration avec la très très jolie Nadège, qui contre toute attente avec un minois pareil officie derrière l’appareil sous le pseudonyme de Nbpix. Je l’ai découverte totalement par hasard, un soir d’ennui sur Facebook. Elle avait marqué Seregwen dans une photo, curieuse, je suis allée voir sa page, où j’ai trouvé plein de belles photos et une série de dates de shoot dispos, parmi lesquelles deux correspondant à ma présence sur Paris, où je devais venir récupérer une tenue Black Norns (que l’on devrait vite retrouver dans ces colonnes, mais chut…) et que j’essayais donc d’occuper, pour le reste, avec quelques séances photos, histoire de joindre l’utile à l’agréable. Le soir même on avait casé la date, la tenue, le thème, ne manquait plus que le lieu. Je ne sais pas vous mais moi j’adore quand une collaboration se met en place avec une fluidité pareille.

Pour le lieu, c’est donc Jad’den qui nous a sorties d’affaire en acceptant de nous amener à ce sanatorium abandonné d’Aincourt que la moitié des photographes de Paris et sa région a dû photographier. Pour la petite histoire, chaque fois qu’il fait ce taxi, il fait en gros chez lui-paris-chez-lui-paris-chez lui, puisqu’il habite à vingt minutes. On saluera donc son courage, sa patience et son dévouement.
Jad qui me récupère, donc, jeudi matin devant chez l’ami qui m’a hébergée pour la nuit, puis direction chez Héloïse pour prendre les deux robes, récupération de Nadège au métro, et enfin passage au Bal Masqué, où travaille Dream donc, pour choisir la pièce maîtresse de la séance: le masque. Je ne reviendrai pas sur les affres du choix dans ces lignes, pensant les avoir assez bien décrites dans les précédentes, et me contenterai donc de signaler que les collègues de celui-ci sont très gentilles et de conseil avisé. Regardez un peu la merveille.

155052_178362612178320_136069563074292_686282_2938010_n

Puis, dernière étape de notre épopée fantastique: le McDo de Mantes-la-jolie. Ce petit arrêt restauration-vestiaire me fait me poser une question existentielle: que ferais-je, moi, modèle, si je tombais, dans les toilettes de mon lieu de travail, sur deux jeunes filles dont une en latex et en train de se faire maquiller, une valise de fringues ouverte à côté d’elles et quelques voiles et pinceaux épars venant compléter le tableau? Assurément, je pense que j’essaierais de leur soutirer l’emplacement de leur lieu de shoot dans l’espoir de dénicher une jolie enclave dans mon entourage direct. Ca, ce serait chouette.
En l’occurrence, la blonde qui nous a débusquées ne nous a pas laissés repartir sans les coordonnées de Nadège, une fois que Jad eut explicité tout haut ce qu’elle n’osait pas dire tout bas, nous sortant du même coup du gouffre de perplexité dans lequel ses questions nous avaient plongées: en effet, c’était le type même du modèle amateur intéressé.

Sinon pour ceux qui se poseraient la question, Aincourt c’est grand, Aincourt c’est bien, Aincourt c’est bourré de coins à explorer, Aincourt en novembre c’est… froid.
Je me sens ceci dit en pleine forme, ne dérogeant donc pas, en cela, à ma réputation: du sang russe coule dans mes veines, que diantre!

154508_178361308845117_136069563074292_686274_5908714_n

Là où j’y ai encore moins dérogé, c’est mon côté casse-cou. Que diriez-vous d’une nana qui s’appuie à son ami-guide-garde du corps-chauffeur-assistant-béquille humaine-autres fonctions non appelées ce jour-là pour marcher avec ses minuscules talons (choisis petits exprès pour faciliter ma progression dans les gravats), mais qui insiste néanmoins pour poser perchée sur les câbles de la cage d’ascenseur? Y monter fut d’ailleurs assez folklorique: visualisez un colosse d’un mètre quatre-vingt-six pour servir de pont, un pied de chaque côté de l’abîme (non je déconne, y’avait moins d’un mètre), qui vous soulève comme une plume et vous dépose de l’autre côté avec une facilité déconcertante, et vous aurez ce qui s’est passé.

Dans le listing des autres lieux trop top qu’on a utilisés pour ce thème, il y avait une scène devant laquelle il restait précisément quatre sièges de velours bordeaux, un loooong couloir aux fenêtres ouvertes vers l’intérieur dans un effet tout psychédélique, un grand escalier… Et puis bien sûr, il y a tous les lieux qu’on n’a PAS utilisés. Graou. Peut-être qu’on refera quelque chose là-bas… Cet été.

154781_178361125511802_136069563074292_686273_7563063_n

« Très vite », c’est maintenant.

Poser avec un beau masque est très reposant -et très flatteur. C’est sans doute en partie pour cette raison que j’ai posé avec l’un d’eux sur la série de Lightpainting de mercredi  et sur toute la séance de jeudi. Il y a, bien sûr, aussi le fait que le charme mystérieux des masques de Venise, au même titre que l’image romanesque que je me fais de ses canaux, ses ruelles et son architecture, ait une influence positive sur mes goûts. C’est Sans Visage qui le premier m’a fait poser avec l’un d’eux, et même que c’était beauuuu. Oui oui oui. Bref, on a là tout à fait le genre d’artefacts qui m’inspirent et me font plaisir.

_MG_0865web

Sur ce cliché, je porte celui de MademoiselleCherie, mais comme squatter les affaires des autres n’est jamais une solution très élégante ni durable, j’ai fait l’acquisition du mien dans la boutique de Dream, qui en vend des superbes. L’équipe m’a d’ailleurs mis le couteau sous la gorge pour que je choisisse mon second choix, d’un très beau rouge orné de paillettes bordeaux et dorées, plutôt que celui qui m’avait d’abord tapé dans l’œil, d’un blanc immaculé avec application de dentelle. Pour des raisons on ne peut plus logiques, du reste, il fallait bien que ça s’accorde avec ma tenue du jour, mais n’empêche, vous savez quoi m’offrir pour Noël. Mon anniversaire étant à quelques jours de l’événement, vous pouvez même faire un cumul, pensez-y, sourire.

J’en oublie de mentionner que je me suis, une fois de plus, fait à moitié saouler, cette fois à la vodka-cactus. Délicieux, au demeurant, mais le fait n’est pas sans me rappeler une anecdote de chez Nath-Sakura: on me posa un délicieux verre de jus d’oranges fraîchement pressées, et là j’ai entendu « Tu as le droit de le boire si tu bois aussi ça », et là un second verre a atterri sur la table à côté du premier. Mon erreur avait été de prononcer la seconde partie de cette phrase: « Non merci, je ne bois pas d’alcool… enfin, à part du rhum coupé aux jus de fruits. » Finalement c’est rigolo de voir comme le monde voit en moi une petite fille sage, à vouloir me dépraver ainsi en toutes circonstances^^

J’ai eu beaucoup de mal à choisir LEQUEL des lightpaintings envoyés par Melle, j’ai fini par choisir celui-ci parce que la lumière sur mon visage donne l’impression que je regarde la lumière du jour par un soupirail, je trouve l’effet des plus poétiques. On notera également la présence de ma robe HedonyDesign, et d’une paire de chaussures offertes par ma maman. Ma maman qui m’avait d’ailleurs réclamé une photo des escarpins, je pense qu’une bête photo au portable pour voir à quoi ils ressemblaient lui aurait suffit, mais vous me connaissez, il faut toujours que j’en fasse plus…

La séance mystère

Juste revenue de Paris, je vous livre une photo mystère prise par le photographe mystère hier soir:

forest fairy

La « robe », improvisée avec des voilages que j’avais ramenés, associée au make-up savamment réalisé par Melle Cherie, nous donne une fée de la forêt très de saison. Graou, le make-up, d’ailleurs. Il paraît que je suis une des seules modèles à qui on peut faire ça et qu’lle soit contente, la seconde étant actuellement à Montpellier, c’est moi qui y ai eu droit. J’ai adoré entendre ça, et ma foi le thème correspond tout à fait à certaines de mes tendances. Pour en satisfaire certaines autres (de mes tendances), on a réalisé aussi un lightpainting avec ma merveilleuse robe en latex qui donne si bien l’impression que je suis mince et un masque vénitien appartenant à Melle, ainsi qu’une petite pom-pom girl latex parce que c’était drôle. A noter aussi que j’ai enfin posé avec Démétra, et que dans les dommages collatéraux de l’affaire on peut noter l’invasion du salon par tout un tas de copeaux dorés.

Ces considérations purement photographiques mises à part, j’ai passé une ex-cel-lente soirée. Les sessions make-up et coiffure se sont déroulées en joyeux papotages et m’ont de nouveau appris plein de trucs, Marie-Anne m’a donné de bons conseils sur l’orientation que je veux donner à mes études (car mon problème dans la vie, pour faire une parenthèse un peu plus personnelle, c’est que la plupart des choses que je voudrais faire sont des filières bouchées telles que la philo, l’histoire de l’art ou encore les lettres, m’y retrouver et arriver à une décision qui équilibrera « faire des études qui me plaisent » et « déboucher sur quelque chose de concret » m’apparaît donc comme extrêmement délicat et un regard extérieur n’est pas de trop dans ce fatras) et il a également été question de mettre en place une collaboration TheCandyLab/Petite Cendre, collaboration qui présente au demeurant pas mal de contraintes logistiques, mais nul doute que si la chose est finalement possible le résultat sera tout à fait plaisant. De plus, je l’appelle également de mes vœux pour la simple raison que si quelqu’un peut aider Petite Cendre à développer son potentiel, c’est bien eux. Je crois que mon complexe de mère poule a encore frappé.

Sinon, devinez quoi? En décembre se succéderont, trois soirs de suite, la nuit Démonia, la Paname Burlesque Revue et une soirée victorienne. J’ai TRES envie de céder et de passer trois jours là-bas et d’occuper mes journées à poser pour aller danser le soir. Mettons que ce serait une bonne occasion de prendre des vacances. Enfin, c’est actuellement en négociations avec ma conscience, on verra bien ce que ça donnera :)

Comme d’habitude, la suite très vite.

Paris, France | "L'homme est moins lui-même quand il est sincère, donnez-lui un masque et il dira la vérité." Oscar Wilde