Nolite te bastardes carborundorum

Retrouvailles avec Marion Saupin, dans un contexte un peu particulier. C’était un temps de batailles qui avaient trop attendu, et d’une peur qui depuis longtemps aurait dû faire comme la honte – changer de camp. Et tout cela imprégnait sans les diriger les images que nous trouvions ensemble.

La robe vient de chez Voriagh.

Publié par

Florence Rivières

"Hold my tea." • Autrice, comédienne, modèle et photographe.

You are not authorized to see this part
Please, insert a valid App IDotherwise your plugin won't work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *