Minsk ne croit pas à la jalousie

« 2025. La possessivité amoureuse a disparu, mais pas le capitalisme », ça sonne un peu comme si j’avais deux marottes, ce qui n’est pas tout à fait faux, mais en vérité, si quand notre prof Igor nous a demandé de préparer des parodies de publicités – oui, ce que vous vous apprêtez à voir est un film étudiant – j’ai tout de suite pensé à faire un truc sur le polyamour, il est apparu assez vite à l’écriture que ça ne parlait ni de polyamour ni de jalousie, cette chose-là, mais de la façon dont la culture qui nous environne influe sur notre façon d’envisager la vie.

Et aussi de coupes budgétaires parce que sinon, soyons honnêtes, je ne vois pas pourquoi les membres de l’agence de pub se retrouveraient à jouer – DEUX rôles, pour certaines – dans leur propre production.

Voilà, ce n’est ni parfait ni incroyable, mais ça existe, ça m’a fait rire et les choses qui existent ont le droit d’être montrées.

Ce dont moi, tout ça me donne envie de parler, c’est à quel point j’aime ça – faire des projets un peu en marge, quand les gens acceptent d’être un peu fous avec moi. Me retenir de citer Lordon quand je leur demande un peu de leur puissance d’agir. Être centrée, en fait, alignée – même au milieu du rush parce qu’on n’a qu’une heure pour tourner la scène et que tout le monde est sous l’eau en permanence, même quand je fusionne des plans parce qu’il faut, mais être là à faire un truc et à expérimenter. Et c’est ça le truc – je crois que c’est dans les marges que je m’autorise le mieux à exister et à expérimenter.

Je ne sais pas. Je pense que ce n’est pas forcément grave. Ça m’a fait les aimer, et j’aime ça, aimer les gens.

You are not authorized to see this part
Please, insert a valid App IDotherwise your plugin won't work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *