Eric Bonzi

Cette semaine, c’était mon second passage en Belgique. Eric Bonzi m’a gentiment accueillie chez lui pour deux jours de séances photo, et malgré un peu de poisse (un type qui s’est suicidé devant mon train à un seul arrêt de Charleroi, et le fait qu’on était tous les deux malades), tout s’est merveilleusement bien passé. Mon fort fort enthousiasme teinté de l’éternelle inquiétude sur le fait d’être à la hauteur dont je fais toujours les frais les veilles de shoot m’ont tenue suffisamment en forme, et la simplicité et l’humour du Monsieur m’ont tout de suite mise à l’aise. Je suis donc trèèèès très contente de cette rencontre, et j’ai hâte d’y retourner, surtout quand je vois les clichés qui en sont sortis.

La série commence avec ma nouvelle jolie robe en latex HedonyDesign. J’en profite pour faire une parenthèse à propos de cette robe, le modèle Marilyn, dont je suis la première acquéreuse, mais certainement pas la dernière, à mon avis. Le latex, super doux, en chauffant au contact du corps, devient comme une seconde peau, et c’est grisant de voir cette matière brillante gainer nos formes pour en dévoiler le meilleur. On regrette de devoir l’ôter…

Me voilà donc en domina mettant à mal un pauvre ourson :

1ERB_0820

Puis Eric m’a fait porter une de ses tenues, en latex également, mais plus épais, et j’ai eu droit à ses compliments pour avoir réussi à la fermer seule. Chic. Et on remercie l’éventail prêté par le colloc qui va très bien avec le col montant :

1ERB_0865

Succéda une jolie soubrette latex également prêtée par Eric -j’en vois déjà, au fond, sourire en coin en se disant que j’aime décidément beaucoup ce rôle; ne fantasmez pas trop!- et mon premier shibari.

1ERB_1107

Ensuite, j’ai vu qu’il y avait dans le studio une balançoire conçue pour des jeux d’adultes, et y mettre une espèce de petite princesse pleine de froufrous m’a semblé une idée amusante, reprise le lendemain avec une tenue un peu différente, suivie d’une série de portraits avec la parure de bijoux A Mon Seul Désir patiemment confectionnée par Constance que je tiens à remercier ici pour sa gentillesse, et d’une série entre le pin-up et le boudoir. On n’a pas eu le temps de faire tout ce qu’on voulait, mais pas grave : c’est un bon prétexte pour revenir 😉

1ERB_1188r

Publié par

Florence Rivières

Autrice, comédienne, tête de mule. Aussi modèle, photographe, couteau suisse. Troubadour, hippie, féministe. Et d'autres mots encore.

You are not authorized to see this part
Please, insert a valid App IDotherwise your plugin won't work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *