Clitosaure x Dessine-moi un corps

Au printemps j’ai été convié.e à venir échanger avec les créatrices des podcasts Dessine-moi un corps et Clitosaure, ainsi que la tatoueuse et colleuse militante Anaëlle Goldy. Nous avons discuté de la façon dont notre rapport à l’art a façonné nos sexualités… et l’inverse. C’était un doux moment de sororité et d’échange, que je vous invite à partager avec nous a posteriori :

Quand j’ai reçu l’invitation à participer à ce podcast, motivée surtout par ma série de photos Sigilí, et j’imagine un peu par L’Art de la Pose, j’avoue m’être demandé si ces sujets étaient encore les miens, si cela ne faisait pas trop d’années depuis la dernière fois où je les avais potassés en profondeur. J’ai eu la surprise d’entendre que je n’étais pas læ seul.e à avoir eu ce petit accès de syndrome de l’imposteur, et la joie de constater que l’empathie et l’émulation des idées, ça marche tout de même drôlement mieux quand on ne met pas de mec cis dans la pièce. Bien sûr, comme souvent, une demi-heure après la fin de l’enregistrement, nous frappent en plein visage telle réalisation ou telle idée de dernière minute, mais n’est-ce pas ainsi à chaque prise de parole ?

Publié par

Florence Rivières

"Hold my tea." • Autrice, comédienne et photographe. Addictions : le thé et l'auto-stop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *