Estelle est dans le déni

Comme vous le savez ou pas, j’ai repris la direction artistique du projet Sans Vouloir vous déranger, et, voyant clairement le gouffre que représentait le fait de gérer à la fois l’écriture, le jeu et la technique, j’ai tout de suite confié la réalisation de la suite à Cédriane Fossat. Et ceci est le résultat de notre première collaboration !

Il introduit deux nouveaux personnages, et s’efforce de rassembler des épisodes épars en trame narrative cohérente.

La basse-cour des miracles

Je suis allée donner un coup de main à Germain pour la réalisation d’un clip : il avait besoin de créer une sorte de cour des miracles et j’avais largement les ressources vestimentaires pour habiller la moitié du casting. Puisque j’étais là, j’ai fait partie de la figuration, et j’ai réussi à caler, sur l’un des plans, une cérémonie du thé improvisée.

Ce qui est mon but dans toute production, soyons honnêtes.

I am a fox

Donc, j’étais en Islande. Je vivais l’un des voyages les plus attendus de ma vie, avec un être humain auquel je tenais beaucoup, et un appareil photo, et un trépied qu’un homme de l’ombre m’avait prêté. On avait du thé, on avait un kimono de soie, on avait même le furoshiki dans lequel je conserve mes cordes.

Je me suis mise à faire des plans au hasard. C’était l’Islande, alors ils étaient beaux. Je tissais une sorte d’histoire dans ma tête, je mélangeais les symboliques. Je ne savais pas où j’allais mais je savais ce que je pouvais dire, certaines choses que je pouvais dire, et ça me rendait heureuse.

Et puis j’ai pensé à deux autres renards qui étaient très très loin au sud de moi et à quel point je les aimais l’un et l’autre et à quel point ils me manquaient et que l’un des deux était triste de ne pas être allé dans ce pays-là et comme je me sentais proche de l’endroit où ils étaient malgré tout. Et puis au milieu du voyage-tournage j’ai réalisé que j’étais allée là où j’avais besoin d’être. Que j’étais en train – ça m’a frappée en repensant à l’avion écrasé sur plage sous la grêle, mais loin d’être abandonné pour autant, ça – de répondre à cette question-là :

What happens when a fox
tames another
fox?

Et puis je me suis rappelée qu’il y avait ce concours et je me suis dit que le thème de cette année, c’était bien, que je pouvais l’utiliser, et je me suis dit :

Et pourquoi pas ?

Ensuite je me souviens d’un aéroport et d’une grande quantité de chocolats chauds au lait de soja, et de mon carnet détrempé et séché et re-détrempé et toujours humide en fait, je me rappelle de ses coins relevés et figés dans cette position-là et c’était dur d’écrire sur le bas des pages, mais le stylo fonctionnait encore un peu et puis c’était important alors,

Et puis je suis rentrée et j’ai mis les images ensemble et un ami est venu m’aider puis un autre, et je tournais le lendemain mais ce n’était pas grave parce qu’il fallait que je voie – que je touche – que j’assemble,

Il fallait que je sache si j’avais réussi.

Et puis deux autres comparses m’ont aidée, aussi, et les couleurs, le son, ont rendu les images moins proches de ce que j’avais vu et plus proches de ce que j’avais vécu et je me suis rendu compte que ça faisait beaucoup de belles personnes pour m’aider et je me suis dit qu’ils étaient tous trop gentils

Ça m’a émue

Et puis voilà.

Ça s’appelle Je Suis un Renard et c’est un morceau de moi

J’espère que vous allez l’aimer un peu

(Il faut cliquer)

FOX.

SVVD – Estelle réalise qu’elle est en couple

L’épisode 2 de Sans Vouloir vous Déranger est sorti !

Comme l’épisode 3 est en cours de préprod, je ne peux pas vous promettre de le sortir la semaine prochaine (car on le tourne le 21 octobre), mais je peux vous dire qu’il introduira non pas un mais deux nouveaux personnages récurrents, et que ce sera le premier que j’aurai écrit seule, de mes blanches mains. Autant vous dire que j’ai plutôt hâte.

Sans Vouloir vous Déranger

Si on se connaît dans la vraie vie, je vous en rebats les oreilles depuis environ un an et demi ; si on ne se connait pas… Je vous en ai probablement parlé quand même. Je veux parler de la websérie Sans Vouloir vous déranger, dans laquelle j’incarne Estelle, une jeune fille anxieuse et insécure qui s’avérera être… Et j’arrête le spoil ici puisqu’on n’en parlera pas avant l’épisode 3, dont le tournage est en préparation. En tout cas, ça parlera de timidité, d’insécurité, de communication et de relations.

L’épisode 1 a été co-écrit avec et réalisé par Franck Victor, et il est enfin sorti. Le tournage de la seconde partie de la saison 1 est donc en cours, et… l’écriture d’une saison 2 se profile à l’horizon.

Mais pour le moment, je vous laisse déjà regarder ce pilote.

En espérant qu’il ne vous dérange pas !

Les Souverains

Avec un ami nous évoquons souvent l’interconnexion des milieux. Moi par exemple, j’ai fui le « milieu » des webséries il y a des années, bien décidée à ne plus y revenir. Et puis j’ai commencé à produire Paradoxe et si, avec Sans Vouloir vous déranger, on pouvait se permettre de rester un peu entre nous, c’est-à-dire entre gens que je connaissais au premier degré, l’équipe bien plus large requise pour Paradoxe m’a poussée à recruter et à caster également des amis d’amis… et à me raccorder, à un terme somme toute assez rapidement arrivé, au nouveau milieu des webséries. Je dis nouveau parce que j’ai la sensation que des changements profonds se sont opérés pendant ces cinq ans, assortis d’une diversification que je ne percevais pas auparavant, et que ce n’est pas pour me déplaire.

Bref, tout ceci pour vous dire que sur Paradoxe on a le meilleur assistant réal du monde, et qu’il travaille aussi sur Les Souverains. Et c’est après un débriefing sur la première qu’il m’a annoncé en passant qu’ils pensaient à moi pour un rôle sur la seconde. J’ai lu le script, j’y ai trouvé des raisons d’être enthousiaste que je ne peux pas partager avec vous sous peine de vous spoiler, j’ai dit oui, j’ai commencé le yoga en signe de joie et pour avoir un truc à faire en récitant mon texte.

Et tout ceci n’est ni plus ni moins qu’un post de teasing pour partager avec vous la chaude journée que nous avons passée à tourner une des scènes dudit personnage.

Merci <3

La lettre

Quand je ne photographie pas les cicatrices de Pa Ming,  il filme les miennes (et je vole ses punchlines au passage).

Nous avons pris une journée pour mettre l’un de mes vieux textes en images, avec l’aide de la précieuse Cécile Charbit.  Je suis obligée d’admettre que j’ai passé un excellent moment, et que j’ai encore casé du Délicate Distorsion dans la réa. Puis, Jean-Lionel m’a aidée à enregistrer la voix off, et voilà : presque un 24h projet, une fois qu’on rassemble toutes les plages horaires.

La Lettre from Pa Ming Chiu on Vimeo.

+Vicious+

J’étais très heureuse, il y a quelques mois, d’avoir l’occasion de donner un coup de patte à Ludovic Winterstan en figurant dans sa dernière vidéo. J’aime l’homme, j’aime sa marque, j’ai son esprit, j’aime sa créativité, j’aime ses valeurs, et ça depuis des années.

J’ai été encore plus contente quand je suis arrivée sur le plateau et qu’il a expliqué de quoi parlait sa vidéo, à savoir : la place des femmes dans le milieu de la mode.

C’est brillant. Je vous laisse découvrir.

Ludovic Winterstan : + VICIOUS + from Bastien Sablé on Vimeo.