Un petit défilé pour occuper le week-end

Hier, c’était le premier jour des vacances pour tous les malades qui, comme moi, sont en droit-philo à la Sorbonne. D’ailleurs on l’a bien senti dans le jeu d’acteur des profs, en témoignent une séance de spiritisme aristotélicien et, de façon générale, une augmentation nette du nombre de vannes par cours. Conséquence de quoi, je me suis levée vers… 7h30.

Pardon?!

Bon, faisons comme si cet accès de masochisme n’en était pas un et sautons directement au déroulement de ma journée. Carmen, présentait sa collection 2011 et trois previews 2012 au jardin d’acclimatation dans le cadre des Japan Fashion Days. En outre, on en a profité pour faire, toute la journée, des shootings des différentes tenues dans le parc avec Nicolas Meunier, ce qui faisait une dizaine de filles à maquiller pour Karen et à coiffer pour Lydie, avant de les emmener shooter, tout ça avant le défilé. Vous voyez bien que je ne choisis pas mes horaires par masochisme…

Esaikha-2371_WEB

Là au-dessus c’est la photo souvenir prise par Nicolas. Comme vous le voyez, l’ambiance était bonne. Les modèles Esaikha, finalement, c’est un peu une grande famille… En outre, je ne me suis presque pas pris les pieds dans ma cape (rhaaa ma jolie cape)

porte

A très bientôt mes petits..

Gala Nocturna

Vu le thème annoncé, « a russian fairytale », je ne pouvais pas me permettre de louper l’édition du Gala nocturna de cette année; alors, quand Vanta m’a proposé de me joindre au covoiturage et partage d’hôtel qui se préparait de son côté, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion, puis sur ma valise pour y faire rentrer crinoline et corset Volute -parce qu’il s’agissait d’être présentable pour croiser Viona, tout de même!

russian-fairytale-intro

Viona était d’ailleurs gentille bien que débordée, elle se trouvait à l’entrée pour accueillir tous les participants. J’ai beaucoup aimé les cours collectifs de danses russes traditionnelles et le jeune homme qui tenait le bar à absinthe… Euuuuuh… Faites comme si vous n’aviez rien lu; je disais donc que j’avais aimé le CADRE de la soirée qui était une ancienne chapelle où passait du joli son gothique, et les tenues que j’ai pu observer… Pfiou.

Pour l’anecdote, il semblerait que j’aie croisé Victoria Francés, sans la reconnaître. Ironie du sort, je ne portais pas « sa » robe uniquement à cause du thème de la soirée, sans quoi nous aurions été deux Favole tout de Volute vêtues samedi soir… Cela étant, Caroline m’a offert une très jolie consolation après m’avoir assené la nouvelle. On papotait de tout et rien et soudain j’ai entendu sortir de sa bouche « Au fait il faudra que tu m’envoies la photo que tu as faite avec ta robe, Victoria Francés me les a demandées pour son site… »

Comme vous pouvez le voir, Caro, en plus de tous ses autres talents, sait ménager ses effets. Je ne résiste pas à l’envie de vous diriger vers ce lien, catégorie « Area fan », galerie « Fan art »…

J’avoue, je suis contente, là.

Ma deuxième FIP (et sa première)

« Bonjour, je dois être sur la guest list sous le nom de Sirithil +1. Je suis Sirithil et voici mon +1. »

+1, aka Margaux, découvrait hier soir les dessous de la scène fétichiste à l’occasion de sa première Fetish in Paris. Patiemment, habilement, minutieusement, je m’emploie à faire basculer la demoiselle du côté obscur de la force, un jour lui mettant un serre-taille Volute, un jour posant avec elle en tenues de prostituées, un jour lui enfilant un corset en vinyl… Prochaine étape, le latex of course.

Ce soir-là était une soirée spéciale pour moi aussi puisque ma jolie Nadège y exposait trois clichés de ma petite bouille, une pour chacune de ses séries auxquelles j’ai participé. Anthrazit, également, devait performer, mais nous avons dû nous esquiver avant ce moment, mille pardons. Ah, et aussi, une partie de la soirée faisait office de visu parano. Un tas de photos compromettantes/honteuses/drôles ont été prises et j’espère bien en récupérer sous quelques jours. Tenez en voilà une d’ailleurs:

_IMG_4109

Présent également, Lucas, le journaliste de Dorcel TV déjà rencontré à l’occasion de son reportage sur un shooting de MademoiselleCherie venait filmer la soirée et interroger un peu les gens présents. Dont moi, d’ailleurs, qui ai tenté de m’extirper de ce guêpier en lui annonçant que je n’étais pas fétichiste, mais l’argument a eu l’effet inverse sur le monsieur qui trouvait intéressant d’écouter le ressenti d’une demoiselle dansant sur la tangente du milieu. Soit. Prise au dépourvu, j’espère 1) ne pas avoir été trop brouillonne dans mes idées et 2) que mon léger bégaiement ne se remarque pas trop, mais quoi qu’il en soit, s’il est décidé de garder un morceau de mon apparition dans le reportage final, je pense que ma bouille de petite fille en robe verte façon fée clochette à cent lieues des stéréotypes communs sur le fetish ne peut que faire du bien à l’image de notre petite communauté auprès des téléspectateurs lambda.

Sinon tout le monde était très gentil, si bien qu’on n’a pas vu passer le temps et avons dû nous enfuir pour attraper le dernier métro pour ma campagne, si tôt qu’en repartant nous avons croisé Melle Cherie qui, elle, arrivait tout juste. Il y a des rumeurs comme quoi on aurait pu la voir vêtue d’un trench PVC agent provocateur, de bas nylons, et de pas grand-chose d’autre.

La bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que je vais probablement pointer le bout de mon nez plus souvent maintenant que je suis à pied d’œuvre…