Archives pour la catégorie Poser

FlorenceR1

Jordan Dorey

Je crois qu’on aurait dû se voir plus tôt, et que la vie s’est mise en travers de notre chemin ; mais les dits chemins s’apprêtaient à s’éloigner significativement des probabilités de création de carrefours, et on s’est trouvé une fin d’après-midi, Jordan Dorey et moi, pour aller du même coup se promener, se rencontrer et faire quelques images.

Et donc, je suis très heureuse. De tout ça.

FlorenceR1

FlorenceR2

FlorenceR3

FlorenceR4

FlorenceR5

FlorenceR6

FlorenceR7

FlorenceR8-5

FlorenceR9

IMG_7870-2 signee

Chrysalide

C’était une créature d’un autre temps, un temps qui n’existait pas et qui resterait toujours. L’endroit était à la fois ancien et nouveau, et ainsi la créature qui s’y logeait. Le retour au noir. Pas moins épais, pas différent de ce dont on pouvait s’en rappeler. Le labyrinthe intérieur, qu’on n’avait jamais vu mais que l’on reconnaissait, à nos propres tâtonnements, où l’on se dirigeait malgré tout, à la texture du sol sous nos pas. Le chemin, au coeur du noir, existe, et sait où il mène. Parfois il repasse là où il était, et l’on reconnaît la texture frissonnante de ce qui n’est plus.

Il y avait longtemps. Peut-être fallait-il que les liens qui s’attachaient à tout ce qu’il y avait, dans le passé, de malsain et de dépendant fussent coupés avant de retourner à cet endroit-là.

Il y a quelqu’un qui vient de la lumière mais qui dans le noir sait regarder, et qui sait ce qui advient – et qui le montre. Les griffures des épines éveillent, elles rendent plus attentif à l’odeur de la terre fertile et tassée déjà par l’eau enfuie. Et là où l’eau s’enfuit, toujours plus loin et plus vite qu’on ne la voit faire, il resta quelque chose qui s’ancre, authentique, inaltéré. Et plus visible à mesure que la chrysalide s’arrache sans rien en entraîner avec elle. Plus fort, au point qu’on ne l’en remarque plus.

On peut bouger sans perdre ce qui est au fond de nous. Tout ce qu’il faut c’est le courage de le découvrir vraiment. De le rencontrer en personne, et non de le déduire des fouilles archéologiques de ce qu’on ramène du labyrinthe.

Il y a bien quelque chose derrière la porte de la montagne. Il y a le feu, et la lumière, et la chaleur. Mais les farfadets qui gardent le lieu ne se laisseront pas apprivoiser, pas à moins qu’on se mette à leur merci. Les yeux bandés dans leur forêt à trébucher et se rattraper sans savoir à quoi. Ils ne donneront rien qu’en retour de notre confiance, pleine et entière, sans qu’on se laisse malmener, désorienter, moquer parfois, par eux – et eux seuls. Pas question de le faire à leur place, ni de braquer sur leurs visages une lumière artificielle en espérant trouver des réponses, pas question, cette fois ni aucune des suivantes, de prévoir notre itinéraire et la suite de ses conséquences en amont.

Et, quand on s’est suffisamment dépouillé de certitudes, ils sont là : la direction de l’histoire, le lien entre les êtres, le lien entre ce qui advient, ce qui restera, et ce qui sera réparé. Et, comme une offrande, ce qui est laissé en arrière et qui reste au fond de notre caverne personnelle.

IMG_7813 signee

IMG_7870-2 signee

Chrysalide

Photos : Julie of the World Tree

•••

_MG_9817web

Marion Saupin & Mino Delavictoire

Vous vous êtes déjà dit que vous n’aviez pas une tête à chapeaux ? Je me disais ça, et puis Marion Saupin m’a proposé de poser pour les créations chapelières de Mino Delavictoire, dans un joli atelier un peu caché d’une ruelle dans le Marais, et je crois qu’elles m’ont fait changer d’avis.

On a passé la matinée à essayer toutes les formes possibles, et une bonne partie du midi à échanger, toutes les trois, sur la vie, les parcours finalement pas si différents, et la nécessité qui nous habitait toutes de trouver nos voix pour rester en vie.

C’était une belle journée.

_MG_9334web

_MG_9484web

_MG_9522web

_MG_9565web

_MG_9570web

_MG_9610web

_MG_9628web

_MG_9638web

_MG_9648web

_MG_9808web

_MG_9823web

_MG_9842web

_MG_9925web

_MG_9944web

_MG_9968web

(La créatrice de la robe s’appelle @Maureen)

 

Odalisque Volga-Flo-9-2 Resized

Odalisques

On a fait ça un jour. C’était il y a longtemps. Si longtemps, que je crois que je ne saurais pas vous en retrouver la date pour ranger et article au bon endroit. Il n’y a pas de métadonnées sur les polaroids, je n’utilisais pas Google comme agenda et je crois bien que l’agenda papier sur lequel je notais mes rendez-vous d’alors je l’ai laissé dans les montagnes. J’avais oublié, et puis je l’ai revu il y a quelques années. Peut-être s’y trouve-t-il encore.

Elles ont fait partie de ma vie ces photos, parce que Paul von Borax nous offrait toujours quelques originaux que j’accrochais à mes murs. Au cas où il perde ses négatifs ? Mais rien n’est jamais perdu pour toujours au Piège, manifestement.

Si mon agenda est dans les montagnes, alors je devais avoir vingt, vingt et un ans peut-être. J’étais un bébé. Un bébé qui venait se rouler dans les froufrous et les voilages des autres et tous les miroirs que je me tendais, je n’y voyais que le regard des autres. Aujourd’hui encore, je ne comprends pas très bien qui j’étais à ce moment-là, même si j’en ai cerné les prémisses.

Mais j’ai bien aimé ces moments-là. J’aime bien avoir avancé. J’aime bien mettre l’enfant et l’enfant plus âgée côte à côte et voir ce qu’elles ont à se dire. Les vieux souvenirs qui dialoguent ensemble, suffisamment longtemps après.

Ce n’est pas grave.
Ça va.
On s’en est sorties.
We made it through.

C’est un peu pour ça que je n’ai pas cherché trop vigoureusement à antidater cet article, finalement.

Je veux bien que tu sois là, maintenant.

Odalisque Volga-Flo-2-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-3 Resized

Odalisque Volga-Flo-3-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-6-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-7 Resized

Odalisque Volga-Flo-9-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-11-2 Resized

 

Odalisque Volga-Flo-16 Resized

Odalisque Volga-Flo-17 Resized

Odalisque Volga-Flo-18 Resized

Odalisque Volga-Flo-18-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-19 Resized

Odalisque Volga-Flo-21 Resized

Odalisque Volga-Flo-21-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-22 Resized

Odalisque Volga-Flo-23-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-25 Resized

Odalisque Volga-Flo-25-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-27 Resized

Odalisque Volga-Flo-27-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-28 Resized

Odalisque Volga-Flo-29 Resized

Odalisque Volga-Flo-29-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-30 Resized

Odalisque Volga-Flo-31-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-32 Resized

Odalisque Volga-Flo-33 Resized

Odalisque Volga-Flo-35-2 Resized

Odalisque Volga-Flo-37 Resized

_MG_9372

Emilie June

Je ne sais pas comment on fait pour rencontrer les gens. Alors je me suis dit que, pour te rencontrer, il valait mieux t’héberger. Ça, je savais le faire.

Et puis je t’ai prise en photo, et toi aussi tu m’as prise en photo.

C’est comme ça que les gens timides se rencontrent en attendant de savoir comment on fait, non ?

Modèle : Emilie June, bientôt sur Sigilí

_MG_9353

_MG_9360

_MG_9365

_MG_9369

_MG_9371

_MG_9372

_MG_9376

Photographe : June Sky – Modèle : Florence Rivières – Tenue : VoriaghIMG_1099

IMG_1107

IMG_1128

IMG_1129

IMG_1145

IMG_1147

IMG_1152

Florence01

Pascal Gentil

Vous savez, ce genre de personnes qu’on prévoit de contacter pendant des lustres, et on ne le fait pas, le temps passe et il faut un braquage pour finalement les amener dans votre salon et vous donner l’occasion de leur dire « Et au fait, j’ai prévu de t’écrire depuis environ trois ans » ?

Non ? Ça ne vous est jamais arrivé ?

Moi, si, avec Pascal Gentil. Mais ça valait le coup de prendre le temps.

Florence01