Cute Little Fuckers

En ce moment, je traduis un webcomic de l’anglais vers le français. Elle s’appelle Cute Little Fuckers, et elle met en scène des personnages qui sont… les sex-toys fabriqués par la compagnie éponyme. Ils sont fabriqués à la main pour le moment (j’ai vu les moules et tout le processus ! C’était fou !), ils sont gender-inclusive, définitivement queer, et en plus de propager un peu d’éducation positive sur ces questions (Il y a même le polyamour !), ils sont le projet de personnes que j’aime.

S’il s’avère que les sex-toys ne sont pas mon champ de compétences principal, je suis en revanche tout à fait à même de reconnaître un projet qui vaut la peine d’être soutenu, et celui-ci en fait partie.

Si tout se passe bien, une campagne Kickstarter devrait débuter dans quelques semaines pour aider la société à se lancer réellement – il y a déjà des bêta-utilisateurs, mais chut.

Mais, en attendant, je vous livre les BDs déjà sorties !

Tipeee

Parmi les livres qu’on m’enjoint très régulièrement de lire, il y a The art of asking d’Amanda Palmer. Je viens d’ailleurs de le commander après un an à dire « C’est vrai, il faudrait que je le lise », il y a donc une progression indéniable.

Bref.

Certains d’entre vous, gens qui lisent mon blog et suivent mon travail, m’ont suggéré de recourir au mécénat pour m’aider à financer mes projets. Sur une base régulière. Avec insistance. Comme je considère que l’entêtement est ma plus grande qualité, ça a pris du temps, mais j’ai fini par céder et me créer une page sur Tipeee, où je soutenais de toute façon déjà des projets.

Et du coup, je pose ça là.

Florence3signé

Stéphane Casali – Les ateliers

En ce moment Stéphane Casali (de chez Un jour dans le temps), a pour projet de proposer des ateliers photo (niveau débutant) sur la gestion de la lumière studio, le portrait et le nu, chaque dernier vendredi du mois. Je servirai de modèle à chaque fois, et en profiterai pour vous donner des tips de direction de modèle. La prochaine session prévue est le vendredi 30 octobre, ça se passera à Ivry sur Seine (métro Pierre et Marie Curie ou Mairie d’Ivry) et ce sera cours-pratique-apéro.

Si cela vous dit, toutes les informations sont sur le site de Stéphane, et on vous a même fait une affiche, exprès.

Gabarit-Publication-Atelier-Apero-Vendredi-01-2015

A quoi rêvent les jeunes filles ?

De *très* nombreuses personnes m’ont envoyé le lien de ce documentaire d’Ovidie sur la pornographie intitulé « A quoi rêvent les jeunes filles ? » pour la simple raison qu’on y aperçoit deux secondes d’un tirage de Martial Lenoir avec ma ch… ah non avec moi.Et bref, j’ai mis plusieurs mois à trouver le temps de le regarder mais il est très bien et aborde un tas de questions très pertinentes, notamment dans la question du rapport à l’image. Donc, je souhaitais le partager avec ceux d’entre vous qui n’auraient pas encore eu l’occasion de le voir :

 

Questionnaires et sondages – A votre bon coeur !

Chers tous,

C’est vrai depuis plusieurs années : je reçois régulièrement des questions de jeunes filles (et pas que) sur l’activité de modèle. Qu’est-ce que c’est, comment faire, comment ça se passe, quels sont les rapports entre modèle et photographe, etc. J’ai moi-même eu un certain nombre de réflexions sur le sujet, et là, j’aimerais condenser tout ceci en un -peut-être- futur projet chouette. C’est là que vous pouvez aider, chacun à votre niveau. J’ai préparé plusieurs questionnaires sur les habitudes photo, et des modèles, et des photographes, et même de toi, cher public, afin d’avoir des données un peu fiables.

Ce que vous pouvez faire :

Répondre à l’un ou l’autre (ou plusieurs si vous vous reconnaissez dans plusieurs catégories) de ces questionnaires. Plus j’ai de réponses, plus je peux obtenir une vision représentative de notre petit univers (au delà des gens que je connais qui n’en forment finalement qu’une facette).

Partager ces questionnaires autour de vous, exactement pour la même raison. Et inviter vos ami(e)s concerné(e)s à faire de même, si le coeur vous en dit.

 

Si vous êtes modèle : Lien direct : http://goo.gl/forms/JucUWOQA5B

 

Si vous êtes photographe : Lien direct : http://goo.gl/forms/7Z1eVPL1sL

 

Si vous n’êtes ni modèle, ni photographe, mais que vous suivez le travail de modèles ou de photographes de façon régulière : Lien direct : http://goo.gl/forms/IouJIPZZMu

Dans tous les cas, un résumé des réponses sera rendu disponible sous une forme ou une autre afin de satisfaire votre propre curiosité. En revanche, tous les questionnaires sont anonymes (avec possibilité de s’identifier uniquement si vous le souhaitez), cela pour vous permettre d’être le plus honnêtes et complets possible. Il n’y a ni bonne, ni mauvaise réponse ; ce que je veux, c’est votre ressenti à vous.

Spreadshirt

Je me promenais dans cet univers des possibles qu’est Internet, et pour la petite histoire je regrettais l’impossibilité d’acheter une coque d’iPhone à motifs signés Délicate Distorsion, parce que l’offre du commerce ne me satisfaisait pas et que quand j’ai un crush sur une créatrice, je ne l’ai pas ailleurs.

Et puis j’ai réfléchi.

Je me suis dit que je n’étais pas la seule, et les avis de mon entourage (et pas que) n’ont fait que me conforter dans l’idée qui m’est venue alors.

Et c’est là que j’ai décidé d’ouvrir ma boutique Spreadshirt. On peut y trouver des coques de téléphone, des badges, des mugs, des sacs (et… et je peux faire des t-shirts aussi si on m’en demande, mais comme mes motifs sont uniquement des photos que j’ai prises…)
Des autoportraits, mais aussi des photos d’autres modèles (toujours signées River) et notamment MademoiselleCherie. Disons qu’on peut tout trouver, à condition de tomber dessus !

coque-iphone-human-nymph_design

Pour info, il y a beaucoup de modèles de coques de téléphone, mais aussi de tablettes (et des tapis de souris, et un tas d’autres choses) et je n’ai pas créé un produit par modèle et pas motif (ça m’aurait semblé long). Donc, si vous ne trouvez pas votre modèle de téléphone (ou votre bonheur quel qu’il soit), je vous invite à m’écrire (par mail ou en commentaire) en me disant ce que vous souhaitez et avec quelle photo dessus, et je ferai le nécessaire ! (Même que mon premier client a déjà passé une commande et ça s’est passé exactement comme ça.)

En achetant sur cette boutique, vous me venez en aide (je ne touche pas l’intégralité du prix, mais j’ai une petite comm) (ainsi qu’à la modèle quand il y en a une, je fais partie de ces gens bien qui reversent leur comm aux modèles), et en plus vous obtenez une déco qui ne vient pas de n’importe quelle boutique Amazon.

Et sinon, il y a toujours ma page « Contribuer«  qui recense les diverses façons de faire en sorte que je puisse m’acheter plein plein plein de focales fixes et de bas nylon.

A votre bon coeur !

Workshop « Corps et âmes »

Petite annonce du jour : un workshop très chouette conduit par Thanh Nguyen et Olivier Ramonteu se prépare à Lyon mi-mai. Je le suivrais bien, mais ils avaient d’autres projets : aux côtés de Julien Chambon, j’officierai en tant que modèle waterproof. Ce sera le week-end des 16 et 17 mai, et c’est l’occasion de nous shooter tout en profitant directement des conseils de nos deux photographes qui ne sont tout de même pas les plus mauvais. D’ailleurs, il existe une page Facebook à suivre pour se tenir au courant de l’actualité de ce workshop et des suivants !

Bref, pour réserver votre place, cliquez sur l’image !

 

workshop

J’en profite pour vous dropper le lien de cette collecte ulule impliquant les mêmes participants (et d’autres) qui vise à créer un studio photographique collaboratif à Lyon. Il reste 15 jours pour apporter votre aide à ce projet !

Hit me again

En fait j’ai cette image en tête depuis une dizaine de jours. Elle ne me quittait pas mais je n’avais pas mon trépied. Ce soir j’ai décidé que je m’en fichais. Entretemps c’est presque devenu de circonstances. Mais je ne veux pas parler du monde. Pas aujourd’hui.

_MG_7727-2

C’est marrant, j’ai toujours voulu écrire, et chaque fois que j’ai quelque chose à sortir, un  je ne sais quoi de pudique me retient, comme si au milieu de toute la masse des blogueurs, essayistes, auteurs que nous donne le marché je n’avais pas ma place. Comme si quoi que j’aie à dire quelqu’un d’autre l’avait déjà dit, et mieux. Comme s’il n’y avait pas besoin de moi. C’est sûrement vrai. Ca ne me rend pas moins légitime que toutes les autres fourmis de cet univers. Je ne me suis jamais vraiment demandé d’où ça venait, cette attitude. Un jour ça m’a sauté en pleine gueule. Toute mon éducation m’avait préparée à être cette personne qui, ayant envie de faire quelque chose, ne le fait pas. Tout au long de notre enfance, on nous apprend désormais non pas à réussir, mais à gérer l’échec; à agir même en fonction de notre échec à venir. J’ai ainsi passé un bac S parce que « ça ouvre davantage de portes » (grande légende de la fin du XXème siècle), puis été encouragée à me tourner vers des secteurs « où il y a du travail », comprendre: beaucoup de places accessibles, comme ça quand les meilleurs auront raflé les places qui leur reviennent de droit, il restera quand même des miettes à la personne moyenne que je n’aurais pas manqué de devenir, été écartée des activités où tu te mets en avant, parce que tu comprends « faire du théâtre c’est prétentieux » et « on ne peut pas être doué en tout ». Résultat on est en 2015 et ça fait à peine un an que j’ai plus ou moins commencé à accepter qu’il était légitime de ma part de suivre des cours et même de vouloir travailler. Ce qui nous fait beaucoup de temps perdu à s’efforcer de ne surtout pas vivre.

On n’a pas envie que nos enfants soient ambitieux. Notre société condamne la prétention. Revendiquer nos désirs c’est mal. Vouloir se mettre en avant c’est mal. Prétendre qu’on a de la valeur autrement que par nos diplômes c’est trop subjectif, donc illégitime. Et puis viser trop haut c’est prendre le risque de chuter. Encourager les êtres humains à viser les étoiles c’est passé de mode. « Je trouve ça admirable, bien que dangereux en vérité; vous les incitez à faire oeuvre d’artiste mais lorsqu’ils se rendront compte qu’ils ne sont ni Rembrandt ni Shakespeare, alors ils vous en voudront », on le disait déjà dans Dead Poets Society, et c’est pire de nos jours. Bullshit. Tout le monde peut être ce qu’il souhaite être. Il suffit de le décider.

C’est vrai, le monde va mal, alors que veulent tous les parents du monde pour leurs enfants, sans exception? La sécurité. C’est évident. Et mortel. La sécurité, à mes yeux, c’est comme une drogue légale, comme une béquille ou un médicament: tu penses que tu en as besoin, que tu ne peux pas te construire sans elle. Tu la désires parce que tu penses qu’une fois que tu auras ça, tu auras une base saine, durable et équilibrée pour faire tout ce dont tu as envie. Mais la vérité c’est qu’une fois que tu te sens en sécurité, le risque que tu cours, c’est d’en devenir avare. La sécurité, une fois que tu l’as, tu ne veux plus t’en séparer. C’est elle, en un sens, qui t’a. Tu t’y accroches comme si tu en avais besoin, sans te souvenir comment tu faisais avant. Et au final tu en deviens incapable de te mouvoir sans elle. Tu crois avoir trouvé un trophée mais tu te fais parasiter par lui.

Affronter ses peurs, c’est sortir de la sécurité. Je n’ai jamais eu peur du monde physique. L’univers, d’une main je le prends. Non, ce qui me fait peur ce sont les êtres humains. Leur capacité à se haïr, leurs faiblesses, leurs jugements. Ma profonde incapacité à les comprendre. A me comprendre, parfois. Alors j’ai décidé que je me moquais de prendre des coups. De tomber. D’entendre des remarques bien-pensantes. De courir le risque de ne pas savoir de quoi serait fait demain. J’ai réalisé que je voulais essayer. Marcher pieds nus. Escalader des cascades.

Je n’écris toujours pas mais au moins je commence, un peu, à jouer. Quand, à l’intérieur, les choses se seront mises en place, je serai prête.

Hit me again.

Voeux 2015

Je ne fais jamais rien de particulier pour la nouvelle année, alors pour aujourd’hui j’aime autant voler les voeux de Manuel Brulé, auxquels j’ai un peu participé, et saisir cette occasion de vous dire un peu de bien de lui.

Manuel est gentil, il arrive à me faire sourire en photo ce qui n’est pas rien, il a une page facebook et même un blog. Le truc de fou.

voeux

 

Sinon, un peu comme tout au long de l’année hein, je vous souhaite surtout d’être vous-mêmes. Le reste viendra de soi, après.

Just be awesome.

Les reflets du désordre, le livre

Vous vous rappelez de la série Les Reflets du Désordre, que Martial Lenoir avait plus ou moins inaugurée avec moi, puis développée en un tas d’images fort jolies? Eh bien, il en fait un livre, ou du moins il en a l’intention, et pour financer le début du projet, notre aide serait la bienvenue!

Le lien de la collecte Ulule idoine est ici: http://fr.ulule.com/lesrefletsdudesordre/

Les participations vous rapportent des éditions collector du futur livre, de jolis tirages… Jetez-y un oeil!

webflosiritilrefletblancrecad webflosirtitylrefletsrouge2