Archives pour la catégorie Paradoxal

Astrum Argentum

En ce moment je lis Dare to Lead de Brené Brown. Ce livre m’est incroyablement utile sous un grand nombre d’angles différents, et dernièrement je me suis pliée à l’un des exercices qui consistait à isoler deux core values au sein d’une liste – une très longue liste que je me suis chargée d’allonger encore.

Et c’était terrible parce qu’une fois virées les valeurs qui ne résonnaient vraiment pas – comme Beauty, Family, Career, Tradition ou Patriotism, je me suis retrouvée avec beaucoup de valeurs qui étaient importantes pour moi et avant même de débuter la phase où je marchandais (« Oui, mais finalement je ne pense pas que vulnérabilité et courage puissent exister l’une sans l’autre donc est-ce que je ne pourrais pas… »), avant celle où j’isolais ce qui, de la liste mais surtout dans ma vie, était moins une valeur qu’une qualité que j’avais / une qualité que j’avais envie de développer / un mode d’application d’une autre valeur / autre, il a fallu que j’admette que certaines valeurs étaient prioritaires sur d’autres, à mes yeux, dans ma vie. Et pour quelqu’un dont le motto habituel c’est « choisir c’est pour les autres », il faut avouer que ça n’allait pas de soi.

Je ne vous donne pas mon résultat final mais un mot qui est resté en lice très longtemps, c’est le terme « pugnacité » – persévérance en réalité, mais on sait tous ce qu’il en est de ma persévérance – et je crois que le projet Paradoxal exemplifie bien pourquoi.

We don’t give up.
We don’t walk away.
We don’t let people down.

People letting us down are not an excuse to stop.
We only have one episode left to get out before our jobs are done.
We hold onto it.

We finish things.

(Je voudrais en profiter pour remercier Gautier qui est quand même vraiment mon meilleur complice à tous les niveaux, parce que ce serait beaucoup plus difficile de rendre justice au travail de cette équipe sans lui.)

Le Magicien

Chez moi, au Maquis, il y a un montant d’étagère couvert de post-its, eux-même couverts de listes de tâches. Chaque post-it correspond généralement à un projet et est souvent partiellement stabiloté.

L’une de mes occupations favorites est de détacher des post-its de cette étagère.

Le post-it de Paradoxal n’est pas encore prêt à être détaché – mais, et ceci très officiellement, plus de la moitié de ce qui a été tourné est aussi terminé et sorti. Et ça c’est beau.

Comme pour l’épisode 1, il y a deux versions de l’épisode 2, dû aux reshoots des scènes avec Viviane ; ce ne sera pas le cas des épisodes 3 et 4, qui seront les finaux et sortiront… quand ils pourront 🙂

Il était une fois

Certains projets mettent tellement de temps à sortir qu’on se dit en les voyant « Tiens, un revenant ! ». C’est le cas de Paradoxe, qui s’appellera désormais Paradoxal urban fantasy suite à un vote citoyen au sein des membres de l’équipe. Elle nous en aura fait baver cette série – et d’ailleurs, si pour la majorité d’entre nous c’est fini, j’ai envie de saluer le courage du compositeur et de l’ingénieur du son en charge du mixage, qui ont encore trois épisodes et une scène à finaliser.

Je devais simplement jouer et « organiser » (en réalité produire, heureusement que je suis une adepte acharnée du « apprendre en faisant »), et finalement… Gautier m’a dit, à un moment donné « En fait c’est très étrange mais puisque le réal est parti et que tu te retrouves avec toute la charge de travail, tu deviens de fait la réal… de post-prod. » Ce qui est un poste qui n’existe pas, et pourtant il fallait bien le tenir, faute de quoi tout le monde aurait travaillé pour rien. C’était une expérience étrange que de se retrouver à la DA, mais avec une matière première déjà existante, donc imposée.

Toujours est-il qu’on a enfin un épisode 1 à vous montrer.

L’épisode 1 :

Le pilote de l’épisode 1 :

La raison pour laquelle on a commis deux versions de l’épisode 1 (et cette explication vaudra aussi pour l’épisode 2), c’est que le personnage de Viviane a eu deux interprètes au début de la série. Or, déjà choisir c’est pour les autres… et ne pas utiliser la scène avec Marion, c’était aussi se priver du plan sur Justine de l’épisode 1 pour lequel elle a attendu beaucoup trop longtemps pour que ce soit acceptable. Voilà pour les explications !

Quand j’ai décidé de prendre mon mois de décembre à monter tous les épisodes, c’était surtout pour ne pas laisser tomber à l’eau les 9 jours de travail d’une grosse vingtaine de bénévoles. Et puis, « Terminer, publier, oublier » est un autre motto qui m’est cher. Ça a été un projet chaotique, dans des conditions qui ont été un tas de choses mais certainement pas idéales, mais on l’a fait et le début est là. Personnellement, j’y attache surtout l’importance des rencontres et des choses que tout ça m’a appris – et c’est déjà pas mal.

Alors j’espère qu’il vous divertira un peu !

Paradoxe – genèse

Certains projets sont importants.

Ils mûrissent. Ils attendent leur heure. Patiemment. Ils voient une main se tendre, puis une autre, mais ils attendent le bon moment. Le kairos. Et un jour, ceux qui les porteront sont prêts. Alors les projets sortent de leur tanière, et ils les empoignent. Entendons-nous bien. Ces projets-là, ce sont eux qui empoignent leurs créateurs, et non l’inverse.

Avec mon ami Luther, on a commencé plusieurs projets au fil des ans, sans qu’ils aboutissent. Sans même qu’ils quittent le stade du rêve. Et cette année, on a décidé que ça suffisait. J’ai tapé du poing sur la table et j’ai dit : « Let’s beat Resistance ». Et c’était le bon moment, alors ça a suffi. Nous nous sommes mis au travail et nous avons rendu les choses possibles.

J’ai trouvé des piliers. J’ai recruté des compagnons. J’ai découvert un volcan dormant et je l’ai convaincu de venir s’éveiller pour nous, et tellement d’autres choses. On a trouvé de la cohésion, de la combattivité et du soutien mutuel. On s’est constitués en équipe et ce qui en est sorti a beau n’être qu’un début, qu’une ébauche, c’est notre ébauche.

Paradoxe est une web-série d’urban fantasy qui a commencé à naître cette semaine. La suite est déjà entamée, de toutes les façons auxquelles vous pouvez penser, et on devrait commencer à diffuser cet automne.

En attendant ça, on compte vous spoiler, mais pas trop, sur la page du projet, accessible en cliquant sur les photos (prises par notre super Samantha Meglioli).

18362502_10208656590069101_1260110683_o

18379102_10208656587269031_387256078_o

IMG_7077-5