Ardita Fetish Fashion

Retour sur le Bal des Supplices de cette année (en général) et sur le défilé Ardita (en particulier puisque j’ai passé le plus clair de mon temps entre « défileuses ».

Plus tôt cette année donc, Marilyne m’envoyait un message pour me signaler les stylistes qui présenteraient leurs collections au BdS cette année pour que je puisse les contacter si je souhaitais défiler cette année encore. J’avais l’intention de me munir d’un cavalier, j’ai dit oui. Je suis allée voir le site d’Ardita, je suis tombée amoureuse. Un échange de mensurations plus tard, j’étais officiellement embauchée.

Je suis arrivée en début d’après-midi dans les loges, n’en ai pas décollé jusqu’au japonais avec MademoiselleCherie et Eferia, avec qui je suis tout de suite allée profiter du début de soirée avant que nos devoirs ne nous ramènent aux loges.

backstage
Photo de groupe au milieu des backstages

En ce qui concerne le look, Chris m’a fait cette année des rouleaux dans le plus pur style pin-up et Steph m’a fait de grands yeux noirs, non sans souligner la relative inutilité des faux-cils sur mes yeux. Notre styliste m’a fait essayer ma tenue, j’ai relativement fondu sur place mais, à vrai dire, il n’y avait pas dans ce défilé une seule tenue que j’eusse dédaigné de porter. Quelques-unes parmi les premières photos du défilé:

dsc_0974

 

img_0229

 

Après ça, j’ai sauté dans mon autre robe prêtée par Marie-Anne pour vite voir les shows de Jade Vixen et de Xel Anianka. J’ai récupéré des paillettes en forme de coeur dans le décolleté au passage. Ensuite, eh bien, j’étais finalement là en électron libre, j’avais cassé mes horribles chaussures de défilé, je me levais tôt et l’hôtel n’était pas à côté, j’ai filé. Mais l’an prochain, promis, je reste jusqu’au bout de la nuit!

VOD

La semaine dernière, je vous parlais de notre prestation aux Geek Faëries Online pour Ivy, aka la Licorne Ailée, aka Geek Costumes aussi. Et je vous disais qu’on ne savait pas s’il y aurait une VOD. Well…

Je dois dire que c’est un vrai bonheur de défiler pour Ivy, qui, loin de se prendre au sérieux et de vouloir millimétrer chaque pas de chaque modèle, nous a plutôt accueillis avec un « Ok, je veux que vous fassiez vivre les costumes. Toi, plutôt un personnage comme ça, une attitude comme ça, toi, plutôt ça, mais surtout amusez-vous. » Je ne dis pas que vouloir tout maîtriser est une mauvaise chose, mais ce genre d’instructions a un côté vraiment rafraîchissant. Tout était de toute façon plus ou moins improvisé puisque prévu en urgence -et avec quelle débrouillardise-, jusqu’au concert final qui était, eh bien… Vous feriez mieux de vous faire une idée par vous-même. Ce sera l’occasion de voir quelque chose dont vous n’avez pas l’habitude: deux modèles photos au milieu d’un tas de gens en train de chanter le générique de Pokémon, saison 1 (la vraie), entre autres airs connus pour d’autres qualités que leur coefficient glamour. Sans vouloir casser le mythe, je pense que ça fera plaisir à ceux qui se demandent parfois comment sont les modèles « en vrai », bien que là on soit un peu dans un extrême.

D’ailleurs, parlant de ces deux modèles, ce week-end, c’est le Bal des Supplices, où MademoiselleCherie retirera à nouveau ses vêtements, et pour le concours de Miss Marquis, et pour ouvrir la soirée proprement dite vers onze heures, et où je défilerai à nouveau, cette fois pour Ardita Fetish Fashion. Qui a dit que nos journées étaient monotones?

GF 2013: On the web

Bon, pour vous raconter mon après-midi je suis obligée de remonter un an en arrière. Voyez-vous, lors de l’édition 2012 des Geek Faeries, j’avais fourni aux orgas le contact de MademoiselleCherie pour qu’elle puisse régaler la nocturne, les Eroteek Faeries, de plusieurs de ses shows burlesques. Ca s’était fait dans l’urgence mais je suis d’autant mieux placée pour vous assurer qu’elle avait été excellente que j’étais la fille qui lui ramassait ses vêtements et lui tenait la loge en ordre. Bon. Cette année, pour l’édition 2013, MademoiselleCherie avait carrément chapeauté l’organisation des Eroteek 2013, et ça promettait du lourd, jusqu’à ce que…

A une semaine du festival, celui-ci s’était vu annulé. Tout est expliqué sur leur site, mais en gros, c’était une sombre histoire de suspicion de sectarisme (les geeks sont des satanistes sacrifiant des vierges à chaque pleine lune, c’est bien connu) et de place de parking. Désespoir des orgas, mécontentement des fans et mobilisation de ceux-ci.

Des événements geek me direz-vous, il y en a toute l’année. Pourquoi une telle mobilisation pour celui-ci? Parce que les GF, à la différence d’un nombre monstre de conventions, refusent d’être un grand marché et tiennent à leur authenticité. Parce que leurs orgas sont des êtres humains et que ça se voit. Typiquement l’an dernier, j’étais bénévole. Une bénévole parmi tant d’autres en charge de son amie effeuilleuse, première présence au festival, toutes ces choses. Trois jours avant Alexandre Deschaumes m’avait collée dans un torrent de montagne au débit très optimisé par les pluies des journées précédentes, bref, j’étais malade comme un chien, je toussais mes poumons, c’était tragique. Eh bien Naya, l’orga en chef, a trouvé le temps de m’envoyer prendre des trucs dans la boîte à pharmacie et m’a interdit de reparaître avant d’avoir fait le nécessaire. Bon voilà ces gens sont humains. Soit dit en passant si vous avez envie de les aider je vous mets d’ores et déjà le lien de la collecte ulule réclamée par les fans.

Devant la mobilisation des fans donc, l’équipe des GF a cherché un moyen de remercier ceux-ci. Ils étaient déterminés. Et ils ont trouvé une solution originale: faire quand même le festival. En streaming.

Ce qui a eu deux conséquences sur mon week-end: la nuit de samedi soir passée devant mon PC à regarder MademoiselleCherie en live, mais aussi des vidéos de shows par Aurore Petite Sukub et Comtesse Léa, et d’autres choses comme de la magie… et beaucoup de mal à aller me coucher, mais il l’a bien fallu, car j’en arrive à la seconde conséquence de cette histoire sur mon petit train de vie.

Ivy, la créatrice plus connue sous le nom de La Licorne Ailée mais aussi désormais Geek Costumes, m’avait proposé avec joie une place dans son équipe de défilé en apprenant que je serais sur place pour ramasser les vêtements des copines, à l’époque où le live était encore un live et non un livestream. Après l’annonce du changement de plan, elle a demandé à toutes ses modèles de la rejoindre au QG de crise des GF, d’où tout le stream était diffusé (la croyance populaire veut qu’il soit situé au coeur d’un volcan), ce dimanche après-midi. Evidemment, j’étais du nombre. Me voilà donc rentrée de mon premier défilé… en streaming. Deux passages, deux tenues chacun et chacune, le tout filmé et diffusé en direct. Je me sentais presque comme un commentateur de Starcraft 2, sauf que mon job consistait à porter une robe, sourire et être jolie, et qu’on ne sait pas à ce jour s’il y aura une VOD. Oubliez ça, il n’y avait en fait que peu de liens entre mes activités et l’e-sport.

_MG_2740
Première tenue à porter pour moi: le personnage d’Annah, espiègle, naïve et insouciante comédienne des routes.
_MG_2743
Ici Annah se fait emporter par un pirate qui, agacé qu’elle joue avec son arme, la sort de scène manu militari.

J’ai même encore réussi à faire appel à l’inénarrable MademoiselleCherie en tant que modèle: pour le premier passage, il nous manquait une comtesse. Pour ma part, j’ai porté la robe d’Annah, un personnage de film, et de la Ballerine de la ballerine et le soldat. Les filles (et les mecs) étaient vraiment supers, et humainement, ce fut une superbe après-midi. J’ai même « rencontré » un jeune homme que je « connaissais » depuis près d’un an et demi sans le savoir, comme quoi pour de vrai ma mémoire…  Pour ma défense, c’était aussi le soir où un ami avait jugé très approprié de m’offrir une PINTE de bailey’s.

_MG_2763
Une photo de groupe?
_MG_2804
Le temps de rhabiller tout le monde, et me voici dans la peau d’une ballerine (oui, je porte une tenue intégralement rose.)
_MG_2822
Le salut de l’artiste!

La fin d’après-midi n’avait pas grand-chose à voir avec mes activités, du moins pas celles dont je vous rends le plus compte sur ce blog, mais je peux seulement vous dire que les GF peuvent aussi s’établir en tant que club de fitness sans problème. Et un petit indice sur la nature de ces leçons de fitness en vous laissant…

Japan Expo

Pouf. Me voilà de retour du défilé de MarkiZ création à Japan Expo/Comic Con. Pour ceux qui n’avaient pas suivi, c’était à 12h sur la scène principale et c’est désormais… Trop tard. Compte-rendu:

J’avais, malgré mon peu d’affection pour Japan Expo et les conventions en général, accepté de défiler pour Adeline, la jolie créatrice de MarkiZ, pour plusieurs raisons. D’abord, je l’aime beaucoup. Ensuite, j’aimais l’idée de passer le temps de la préparation, puis du défilé, avec les filles qui composaient l’équipe, qu’elles soient maquilleuses ou modèles, déjà connues ou à découvrir; et enfin, les dessins des tenues du défilé dévoilaient, dès l’abord, une styliste très inspirée et inspirante, et je ne résiste pas à ce genre de choses.

69486_603430619685264_832991583_n
Ici le dessin sur lequel je me suis jetée en glapissant « ooooh je peux la porter? » à notre première rencontre.

Outre cela, et je l’ai su plus tard, Adeline comptait me faire endosser le rôle de la mariée et, avec la complicité d’Aurore, y mettre une petite touche… sanglante. Réveil donc à 4h du matin pour permettre à la plus talentueuse des maquilleuses de commencer à me poser une prothèse sur l’oeil droit qui me condamnerait à vivre les prochaines douze heures à l’état de borgne, mais aussi à me faire remarquer dans le RER: une fois de plus, je me suis fait arracher un oeil.

Ensuite, direction, chez Adeline pour revêtir les tenues. On assiste peu à peu à l’arrivée ou au réveil des autres modèles, je rencontre au passage une jeune fille que la vie avait, depuis trois ans, eu mille occasions de placer sur mon passage, ce qui nous fait rire. Et c’est le départ, la longue épopée jusqu’à Villepinte!

rer
le RER B un jeudi de Japan Expo. Tout est normal.

Sur place, après nous être vues remettre nos passes backstage, avoir répété sur scène et organisé une opération de secours de modèles en perdition, nous investissons les loges et le travail de maquillage (Elodie et Aurore), coiffage et, dans une large mesure, posage de perruques (Thomas) commence. Le timing est parfait et nous ne sommes ni en retard, ni en avance au point d’avoir l’occasion de ruiner notre préparation. Ca papote, ça rit (enfin, sauf moi, ma prothèse m’interdit les mouvements de visage trop prononcés), je recouds (mal) deux oreilles sur un chapeau, puis c’est le moment de passer sur scène et là…

Rien ne se passe. Personne ne tombe ou ne se trompe, la salle applaudit… Bon enfin voilà c’était bien.

Les premières photos que j’aie trouvées, prises par Guillaume Baragatti, afin de vous donner une idée de l’ambiance et un aperçu du super travail des maquilleuses:

DSC_3639_DxO DSC_3693_DxO DSC_3580_DxO DSC_3648_DxO DSC_3650_DxO DSC_4089_DxO DSC_3780_DxO

Et ces deux d’Audrey M.:
600516_10201016115678400_155807413_n 1000697_10201016115478395_758106054_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je partagerai d’autres images du défilé avec vous dès que possible.

Geek Faeries

J’ai sauté d’un train à un autre, et mes pieds ont à peine touché le sol de Paris entre Grenoble et Orléans. Ce week-end, c’étaient les geek faeries, et j’étais bénévole. Et il y avait beaucoup de choses à faire.

Vendredi: le tournage de Noob.

Comme l’an dernier, l’équipe de la web-série Noob organisait sur le site du festival un tournage géant, profitant de l’événement pour recruter toute sa figuration parmi les GNistes et costumés présents, et on m’avait proposé d’ajouter mon nom à la liste. Mes obligations spécifiques ne prenant place que le samedi soir, j’ai dit oui. Je ne l’ai d’ailleurs pas regretté parce que l’ambiance bon enfant de la journée m’a été des plus agréables. Ont été tournées des scènes de combat, de mort, de silence halluciné, et le réalisateur, Fabien Fournier, s’est dit fort satisfait de ses troupes. Quant à moi, j’avais prévu mon petit nécessaire anti-coups de soleil, et j’en ai fait bénéficier deux des acteurs visibles au premier plan.

Bon, je leur ai prêté du fond de teint et de la poudre, quoi. Mais apparemment la différence à la caméra était notable.

1

mkup1

mkup2

 

Voici deux captures d’écran de l’épisode finalisé où vous pourrez vous amuser à me chercher:

Capturenoob1

Capturenoob2

 

Samedi: le festival et les eroteek faeries.

Mon samedi de festival était assez libre jusqu’à la fin de l’après-midi. Si ça ne m’a pas empêchée de rendre service à droite à gauche, ça m’a aussi donné l’occasion de faire le tour du festival et de l’apprécier pleinement.

Et de jouer à Rock Band en corset, oui.

Eh bien on a vu plus facile.

3

 

Pour tout vous dire, une fois mon tour fait, j’ai surtout passé du temps avec Caroline, sur le stand Volute, que je ne vois pas assez… et que je verrai encore moins puisqu’elle s’apprête à fermer sa boutique d’Arts et Métiers. Des moments précieux ont donc été vécus, pour moitié avec un serre-taille vert pomme qu’elle m’a permis d’aller arborer dans le festival en disant à qui voulait l’entendre d’où il venait.

Mon vrai job en tant que bénévole était de prendre soin de MademoiselleCherie, qui performait à la nocturne: les eroteek faeries. Ce qui s’est passé c’est environ l’enchaînement suivant: un autre bénévole m’a appelée en me décrivant le concept de la nocturne (érotique pour les geeks donc) et m’a demandé si j’avais des idées. J’avais mieux: des gens. J’ai donc appelé Marie-Anne dans la foulée et l’histoire de ce coup de fil est restée dans la légende. Elle était plus ou moins à califourchon sur un mec quand son téléphone a sonné. Echange:
– Allô?
– Marie-Anne, je ne te dérange pas?
– Ca dépend, tu en as pour combien de temps?
– En fait, je voulais te proposer une scène…
– Tu me déranges pas du tout. Raconte-moi.

Et c’est ainsi que de fil en aiguille je me suis retrouvée stage-kitten officielle de la star de la soirée. Malheureusement on n’a ni photos ni vidéos à vous montrer, mais cette soirée s’est gravée dans les mémoires. Et c’était bon, oh oui.

Dimanche: défilé et remballage.

Enfin, le dernier jour, j’avais promis à Carmen, d’Esaikha création, de défiler pour elle dans cette tenue sur mesure qu’elle a créée en m’annonçant « Tu vois ce défilé de Victoria’s Secret? Je vais te faire une cape comme ça, et pour aller avec, tu sais ton corset Volute que tu mets tout le temps?, ben le même patron. » Mon maquillage est de Zélie; je vous livre une photo de la scène et une du groupe des défileuses. Pour la petite histoire, si je suis pieds nus sur scène, c’est que j’ai prêté mes chaussures à Caroline, qui défilait, pour sa part, pour la talentueuse Clara Maeda, dans une tenue qui a d’ailleurs tellement tapé dans l’oeil de Marie-Anne qu’elle ne devrait pas tarder à se la commander.

defile

FBA-GF2012-Caremen

Endless night, tome 2

Hier soir, c’était la seconde édition du Endless night vampire ball organisé par Father Sebastiaan. Si la dernière fois, je m’y étais rendue en tant que touriste, simple +1 parmi des +1 de guests, cette année, j’avais eu l’occasion de participer d’un peu plus près au déroulement de la soirée: en effet, la créatrice lyonnaise Serindë m’avait proposé de défiler pour elle, ce que j’ai accepté de faire avec plaisir. En plus, ça me donnait l’occasion de faire venir mon propre +1, ce qui était une bonne occasion de pervertir les jeunesses. Je suis démoniaque. J’ai aimé me faire chouchouter par Alena, notre maquilleuse, j’ai aimé les répétitions sur la scène branlante et j’ai aimé n’en plus pouvoir après une journée démarrée à 7h30 avec un shoot, poursuivie avec un partiel et d’autres péripéties et achevée avec la soirée. Petite cerise sur le gâteau, j’étais, avec ma traîne rouge et mon corset de cou, la mariée du défilé, en fin de convoi. Ca fait toujours plaisir. Ca c’est l’une des premières photos, prise par Hannibal Poenaru, en attendant la suite:

564247_373372949366663_190973140939979_868244_968004889_n

Bref après ça, j’ai pu croiser dans la soirée pas mal de gens que je connaissais et d’autres que je ne connaissais pas ou juste par facebook, c’était bien. Il y avait du Rammstein, donc forcément c’était bien. Pour vous donner une idée de l’ambiance de la soirée, une petite vidéo-résumé a été tournée que voici:

 


parisvampireball2012 par FantasyGate

Depuis, j’ai dormi quatre heures et là je pars shooter avec une troupe venue de suisse. Allez, à bientôt! La semaine n’est pas finie :p

Un petit défilé pour occuper le week-end

Hier, c’était le premier jour des vacances pour tous les malades qui, comme moi, sont en droit-philo à la Sorbonne. D’ailleurs on l’a bien senti dans le jeu d’acteur des profs, en témoignent une séance de spiritisme aristotélicien et, de façon générale, une augmentation nette du nombre de vannes par cours. Conséquence de quoi, je me suis levée vers… 7h30.

Pardon?!

Bon, faisons comme si cet accès de masochisme n’en était pas un et sautons directement au déroulement de ma journée. Carmen, présentait sa collection 2011 et trois previews 2012 au jardin d’acclimatation dans le cadre des Japan Fashion Days. En outre, on en a profité pour faire, toute la journée, des shootings des différentes tenues dans le parc avec Nicolas Meunier, ce qui faisait une dizaine de filles à maquiller pour Karen et à coiffer pour Lydie, avant de les emmener shooter, tout ça avant le défilé. Vous voyez bien que je ne choisis pas mes horaires par masochisme…

Esaikha-2371_WEB

Là au-dessus c’est la photo souvenir prise par Nicolas. Comme vous le voyez, l’ambiance était bonne. Les modèles Esaikha, finalement, c’est un peu une grande famille… En outre, je ne me suis presque pas pris les pieds dans ma cape (rhaaa ma jolie cape)

porte

A très bientôt mes petits..