Clichés de femmes

Donc, je serais bien allée au salon du livre cette année, mais j’étais occupée ailleurs. Cependant Julie de Waroquier m’y a tout de même un peu emmenée, en choisissant une image issue d’une de nos rencontres comme couverture de son dernier livre.

Ça s’appelle « Clichés de femmes », et ça illustre de ses photographies, dont beaucoup d’inédites, des citations de philosophes… sexistes. Les citations, et sans doute aussi les philosophes.

On y trouve donc pêle-mêle un grand nombre de raisons – philosophie, féminisme, photos, Julie – qui me donnent très envie de rappliquer pour le lire sans attendre, et si vous êtes comme moi, vous pouvez essayer de le trouver en librairie ou sur le site de l’éditeur.

Astrum Argentum

En ce moment je lis Dare to Lead de Brené Brown. Ce livre m’est incroyablement utile sous un grand nombre d’angles différents, et dernièrement je me suis pliée à l’un des exercices qui consistait à isoler deux core values au sein d’une liste – une très longue liste que je me suis chargée d’allonger encore.

Et c’était terrible parce qu’une fois virées les valeurs qui ne résonnaient vraiment pas – comme Beauty, Family, Career, Tradition ou Patriotism, je me suis retrouvée avec beaucoup de valeurs qui étaient importantes pour moi et avant même de débuter la phase où je marchandais (« Oui, mais finalement je ne pense pas que vulnérabilité et courage puissent exister l’une sans l’autre donc est-ce que je ne pourrais pas… »), avant celle où j’isolais ce qui, de la liste mais surtout dans ma vie, était moins une valeur qu’une qualité que j’avais / une qualité que j’avais envie de développer / un mode d’application d’une autre valeur / autre, il a fallu que j’admette que certaines valeurs étaient prioritaires sur d’autres, à mes yeux, dans ma vie. Et pour quelqu’un dont le motto habituel c’est « choisir c’est pour les autres », il faut avouer que ça n’allait pas de soi.

Je ne vous donne pas mon résultat final mais un mot qui est resté en lice très longtemps, c’est le terme « pugnacité » – persévérance en réalité, mais on sait tous ce qu’il en est de ma persévérance – et je crois que le projet Paradoxal exemplifie bien pourquoi.

We don’t give up.
We don’t walk away.
We don’t let people down.

People letting us down are not an excuse to stop.
We only have one episode left to get out before our jobs are done.
We hold onto it.

We finish things.

(Je voudrais en profiter pour remercier Gautier qui est quand même vraiment mon meilleur complice à tous les niveaux, parce que ce serait beaucoup plus difficile de rendre justice au travail de cette équipe sans lui.)