affiche-corpsdeau

Corps d’Eau

J’ai fait cette photo de ma photo.

Donc j’expose ce soir avec plein de chouettes artistes au Yono, rue Vieille du Temple à Paris (et je poste une photo floue exprès parce que.)

Une publication partagée par Florence Rivières (@florencerivieres) le

Elle est floue. C’est fait exprès, c’est pour vous inciter à venir la voir, et les autres de cette exposition collective, ce soir au Yono lors du vernissage, et jusqu’au 6 janvier sinon.

affiche-corpsdeau

C’est la première fois que j’expose en tant que photographe, et c’est Iffic, entre deux réunions de prod de Paradoxe, qui me l’a tout naturellement proposé cet été. Et c’était assez génial d’essayer, avec l’aide d’Armony, de trouver comment faire rentrer le thème dans mon univers à moi aussi intimement que possible.

(Et en plus ça m’a flattée <3 )

_MG_3167-2

Valentine

Valentine, je ne l’aurais pas rencontrée sans le projet, sans Sigilí, sans toutes ces marques. Et je suis bien contente de l’avoir lancé, parce que sans ça je n’aurais pas non plus lu, ni partagé avec vous, cet article sur la façon dont elle a vécu et géré les suites de son viol, et c’est important qu’il circule.

On a passé deux ou trois théières, je ne sais plus vraiment, à discuter toutes les deux, et on aurait continué si on n’avait pas eu rendez-vous.

_MG_3167-2

_MG_3170

Florence01

Pascal Gentil

Vous savez, ce genre de personnes qu’on prévoit de contacter pendant des lustres, et on ne le fait pas, le temps passe et il faut un braquage pour finalement les amener dans votre salon et vous donner l’occasion de leur dire « Et au fait, j’ai prévu de t’écrire depuis environ trois ans » ?

Non ? Ça ne vous est jamais arrivé ?

Moi, si, avec Pascal Gentil. Mais ça valait le coup de prendre le temps.

Florence01

_DSC0614-2

Scattered leaflet #Xxx

C’est fragile

Ce n’est pas arrivé d’un coup
il n’y a pas eu de choc, pas de grande explosion quantique, pas de bouleversement, même pas tellement d’évidence.
Ce n’était pas comme si je découvrais soudain quelque chose qui avait toujours été là, ni comme si j’arrivais enfin à terre après un très long voyage.

Mais c’était joli et c’était facile et c’était quelque chose à quoi on ne s’attendait pas
et surtout ce n’est pas moi
Alors, c’est d’autant plus joli
Tu vois ?

Je me suis approchée pas à pas
C’était de la peur sans enjeu
et sans certitudes

Et c’était là
Peut-être que j’avais détourné la tête, un instant
je ne sais plus
mais c’était là entre tes griffes de chat sauvage
et mes moustaches de renard
cette petite chose délicate qui ne sait pas très bien ce qui s’y passe

Ça grandissait un peu
pendant qu’on s’approchait
et qu’on se flairait et que je te laissais me flairer
et que je regardais

Et c’était joli comme quelque chose qui n’a pas fini de pousser et
dont on ne sait pas comment il va pousser
mais on a envie de lui laisser de l’espace et de voir ce qu’il va en faire

et d’en prendre soin
mais pas trop
pas toujours
tu vois ?

C’est joli quand c’est fragile

j’aimerais bien que tu restes
.

5

Sortir, dehors. Dare not to.

Vous savez quand je racontais dans ma dernière conférence, et dans mon livre, que l’important n’était pas de voir ou de penser, mais de sentir, quoi faire et quand le faire ?

Eh bien c’était un excellent conseil. J’aurais mieux fait de le suivre.

Parfois, on se lance dans des projets qui ne nous tentent qu’à moitié. Je ne parle pas de peur, même s’il y en a sans doute un peu, mais d’instinct. Il y a cette petite voix en nous qui nous dit « N’y va pas. Ça ne te fera pas de bien. »

Alors, toi, tu essaies de te convaincre que c’est encore la Résistance. Tu en parles autour de toi. Les gens ont confiance en toi, ils te disent de cesser de te dévaloriser, que c’est ton syndrome de l’imposteur qui parle. Tu te dis que si c’est la Résistance, alors il faut l’abattre. Tu analyses. Mais, tout de même, là, au fond, il y a cette chose que tu as assimilée à de la peur qui se débat. Et tu l’enfouis. Tu essaies de l’ignorer. Tu y vas. De toute façon tu as commencé, alors il faut finir.

Allons, sa barbe n’est pas si bleue, tu te raisonnes.

Et tu as tort. Ce sont tes tripes qui ont raison. Certaines peurs sont utiles et c’est là qu’on les appelle instinct.

Comment j’ai fini par admettre que je n’avais pas envie de continuer, je n’ai pas envie de le détailler ici, parce que ce n’est pas le coeur du sujet finalement. Cette vidéo est là pour vous expliquer pourquoi je n’irai pas au bout du kickstarter destiné à la traduction de L’Art de la Pose, pourquoi je ne veux plus communiquer autour de lui.

Ce sera maladroit parce que je me suis rendu compte que je ne savais pas faire autrement, et c’est tant mieux.

Paris, France | "L'homme est moins lui-même quand il est sincère, donnez-lui un masque et il dira la vérité." Oscar Wilde